Publié le : 27-02-2020 à 11:17:16 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

MONDE/ PEOPLE : progrès des peuples et personnalités importantes à redécouvrir…



« Etats-Unis/ Les entreprises créées par des femmes afro-américaines ont augmenté de 322% depuis 1997 : Les entreprises détenues par des femmes afro-américaines ont augmenté de 322% dans les 18 dernières années selon Fortune Magazine. Globalement, le nombre de femmes propriétaires d’entreprises a augmenté de 74% entre 1997 et 2015, un taux qui est de 1,5 fois la moyenne nationale, selon le Rapport d’Etat des entreprises détenues par des femmes initié par American Express Open.

Les femmes possèdent dorénavant 30% de toutes les entreprises aux États-Unis, ce qui représente quelques 9,4 millions d’entreprises. En outre, les femmes afro-américaines contrôlent 14% de ces entreprises soit quelques 1,3 millions d’entreprises. Ce chiffre est supérieur au nombre total d’entreprises appartenant à toutes les femmes issues des minorités en 1997. »

 

Résultat de recherche d'images pour

 

------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


1 - Condoleezza Rice

 

Condoleezza Rice1, née le 14 novembre 1954 à Birmingham (Alabama), est une femme politique américaine. Elle est conseillère à la Sécurité nationale entre 2001 et 2005 sous le premier mandat du président George W. Bush, puis secrétaire d'État des États-Unis entre janvier 2005 et janvier 2009 dans sa seconde administration. Elle est la seconde femme à occuper ce poste (après Madeleine Albright dans l'administration Clinton) et la seconde personnalité politique afro-américaine (après son prédécesseur Colin Powell).

 

Spécialiste de la Russie soviétique et polyglotte, elle parle, outre l'anglais, le français, le russe et l'espagnol. Elle est également une pianiste accomplie. Spécialiste de la Russie soviétique et polyglotte, elle parle, outre l'anglais, le français, le russe et l'espagnol. Elle est également une pianiste accomplie.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Carrière politique

Lors d'une réunion en 1985 d'experts en contrôle de l'armement, son intervention est remarquée par Brent Scowcroft, ancien conseiller à la sécurité nationale sous la présidence de Gerald Ford. En 1986, alors qu'elle fait partie du Conseil des relations étrangères, un think tank (« laboratoire d'idées ») américain, elle sert comme conseillère spéciale au directeur du Joint Chiefs of Staff, le Comité des chefs d’état-majors interarmées13. Avec l'élection de George H. W. Bush, Scowcroft retourne à la Maison-Blanche comme conseiller à la sécurité nationale en 1989, et demande à Condoleezza Rice de devenir sa spécialiste du bloc de l'Est au Conseil de sécurité nationale. Elle devient alors l'une de ses protégés.

 

De 1989 à mars 1991 (la période de la chute du mur de Berlin et de la désintégration de l'URSS), elle sert dans l'administration du président George H. W. Bush14 comme directrice puis directrice senior pour les affaires soviétiques et est-européennes au Conseil national de sécurité15 et comme conseillère spéciale aux Affaires de sécurité nationale. À ce poste, elle aide à développer les politiques de Bush et du secrétaire d'État James Baker en faveur de la réunification allemande. Elle impressionne Bush, qui plus tard la présente à Mikhail Gorbachev16 comme celle qui « m'a dit tout ce que je connais sur l'Union soviétique » .

 

En 1991, elle retourne comme professeur à Stanford, tout en étant consultante pour divers clients publics et privés sur l'ancien bloc soviétique. À fin 1991, le gouverneur de Californie Pete Wilson la nomme dans un comité bi-partisan qui avait été créé pour dessiner la nouvelle carte électorale de l'État17. Condoleezza Rice fait aussi partie de plusieurs conseils d'administration, dont celui du pétrolier Chevron18, 19.

 

En 1997, elle siège au Comité fédéral chargé de conseiller pour l'intégration et la formation des femmes au sein des Armées. Durant la campagne présidentielle de George W. Bush en 2000, elle prend une année de congé de l'université Stanford pour lui servir de conseiller en politique étrangère. Elle déclara au cours d'un discours remarqué à la Convention républicaine que « les forces armées américaines ne sont pas une force de police mondiale, ils ne sont pas le 911 mondial ».

 

Dès l'entrée en fonction de George W. Bush en janvier 2001, elle devient sa conseillère à la sécurité nationale, fonction qu'elle va occuper jusqu'en 2005. Elle y gagne au début le surnom de Warrior princess20, 21 du fait de son fort caractère accompagné de manières délicates.

En avril 2009, le Sénat des États-Unis a révélé que Condoleezza Rice avait autorisé l'utilisation de méthodes de tortures « musclées »22.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Secrétaire d'État

Le 16 novembre 2004, elle est nommée par le président, quelques jours après la réélection de celui-ci, au poste de secrétaire d'État23, après la démission de Colin Powell. Confirmée en janvier 2005 par le Sénat des États-Unis par 85 voix contre 13, elle est la première femme afro-américaine à occuper ce poste.

En février 2005, l'un de ses premiers gestes de secrétaire d'État est d'aller en Europe pour tenter d'aplanir les divergences et différends euro-américains, et préparer la venue de George W. Bush. Son seul discours fut prononcé le 8 février, à l'Institut d'études politiques de Paris24.

 

En avril 2005, s'appuyant sur les exemples de la Géorgie et de l'Ukraine, elle appelle, à Vilnius25, en Lituanie, au « changement » politique en Biélorussie - pays qui, selon ses dires, serait la « dernière vraie dictature au centre de l'Europe »26, 27, 28. Elle rencontre des groupes biélorusses favorables à la démocratie et au renversement du gouvernement du président Aliaksandr Loukachenko29, 30.

 

En juin 2005, conformément au discours inaugural de Bush de janvier 2005 sur l'expansion de la démocratie, Condoleezza Rice tance l'Égypte, pourtant l'un des plus précieux alliés arabes des États-Unis au Proche-Orient, lors d'un discours à l'université américaine du Caire31, 32. Elle critique à cette occasion, et de façon très sévère, le gouvernement du président Hosni Moubarak, dont l'introduction du multi-partisme à l'élection présidentielle était jugée insuffisante : demandant des élections « libres, équitables et transparentes », « l'État de droit à la place des décrets d'urgence », « un système judiciaire indépendant, et non une justice arbitraire », ainsi que « la protection des militants pacifiques de la démocratie ». À cette occasion, elle reconnaît que « pendant soixante ans, les États-Unis ont recherché la stabilité aux dépens de la démocratie au Proche-Orient et n'ont accompli ni l'un ni l'autre ».

 

En juillet 2005, elle annonce la création du programme d'aide « Fonds pour la diversification de l'économie africaine » (cf. « Politique des États-Unis »).

 

En décembre 2005, dans le cadre de ses tournées dans les pays alliés, elle doit justifier auprès du Conseil de l'Europe et de l'opinion publique européenne l'existence de prisons secrètes de la CIA33, 34, 35 en Europe ainsi que l'utilisation d'aéroports européens pour des transferts de prisonniers (« combattants ennemis » selon la terminologie américaine). Sans confirmer l'existence de prisons secrètes en Europe de l'Est, elle expliqua que les États-Unis utiliseraient « toutes les armes légales pour battre les terroristes », justifiant le transfert de suspects de terrorisme dans d'autres pays pour être « interrogés, détenus ou jugés » et appelant les gouvernements européens à faire preuve de responsabilité. Selon elle, ces « renditions » auraient sauvé des vies, y compris en Europe.

 

À l'été 2006, du fait de l'embrasement du Proche-Orient avec les affrontements entre Tsahal et le Hezbollah au Liban, Condoleezza Rice joue un rôle central36 : elle nuance la position américaine vis-à-vis d'Israël en demandant ouvertement un cessez-le-feu, et obtient un courte trêve de 48 heures de la part du Premier ministre israélien, Ehud Olmert, après le bombardement de Cana par l'aviation israélienne.

 

En juillet 2006, un rapport de la commission d'aide à la libération de Cuba, coprésidée par Condoleezza Rice, appelait à tout mettre en œuvre « pour que la stratégie de succession du régime de Castro ne soit pas couronnée de succès »37. Elle est classée en 2004 et 2005 comme la femme la plus puissante du monde par le magazine Forbes38 (détrônée en 2006 par Angela Merkel).

 

Résultat de recherche d'images pour


_ L'après secrétariat d'État

À la suite de l'élection de Barack Obama début 2009, Condoleezza Rice décide de se consacrer à l'enseignement. Elle est actuellement professeur de sciences politiques à l'université Stanford et membre du groupe de réflexion républicain Hoover Institution39.

 

En août 2012, avec Darla Moore (en), elle fait partie des deux premières femmes acceptées au très fermé Augusta National Golf Club, d'Augusta en Géorgie15,40.

Le 9 avril 2014, la société Dropbox annonce que Condoleezza Rice rejoint son conseil d'administration41.

 

À l'automne 2014 et 2015, elle est membre du comité de sélection des équipes prenant part aux « playoffs » universitaires de football américain NCAA Division I FBS42, devant aboutir à la détermination d'une équipe championne universellement reconnue.

Le 27 janvier 2015, lors de l'enterrement du roi d'Arabie saoudite Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, Condoleezza Rice n'a voilé ni son visage ni sa tête tout comme Michelle ObamaHillary Clinton et Angela Merkel alors que les femmes saoudiennes, sont obligées de sortir voilées, voire sortent le plus souvent recouvertes d’un niqab43,44.

 

Condoleezza Rice est un membre des conseils de C3 Energy Management45, de Makena Capital, du Commonwealth Club of California (en), du George W. Bush Institute46, du Boys and Girls Clubs of America47, 48 et de l'Institut Aspen49, 50.

 

Source : fr.wikipedia.org/ Février 2020

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Condoleezza_Rice/

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

(Air & Space Magazine : Meet NASA's 12th Administrator : Charles F. Bolden)


2 - Charles F. Bolden

 

Charles Frank « Charlie » Bolden, Jr. (né le 19 août 1946 à Columbia en Caroline du Sud aux États-Unis) est un ancien administrateur de la NASAmajor-général de l'United States Marine Corps et astronaute de la NASA. Il sort diplômé de l'Académie navale d'Annapolis en 1968 puis devient pilote d'essai dans les marines des États-Unis qu'il sert durant 34 ans. Après avoir été astronaute pour la NASA pendant 14 ans, il retourne en 1994 à l'Académie navale en tant que commandant adjoint des aspirants. 


Charles Bolden est nommé administrateur de la NASA le 23 mai 2009 par le président Barack Obama et Lori Garver administrateur adjoint1. Cette nomination est confirmée par le Sénat le 15 juillet 20092. Il est le premier Afro-Américain nommé à la tête de l'Agence spatiale américaine. Le 12 janvier 2017, Bolden a annoncé sa démission lors d'une réunion au siège de la NASA à Washington D.C. Il a quitté ses fonctions le 19 janvier 2017. Robert M. Lightfoot Jr. a été nommé administrateur intérimaire de la NASA.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Carrière militaire

Après être sorti diplômé de l'Académie navale d'Annapolis en 1968, Bolden devient sous-lieutenant dans le Corps des Marines des États-Unis. Il commence par suivre une formation de pilote à Pensacola en Floride, à Meridian dans le Mississippi et à Kingsville au Texas avant d'être désigné pilote naval en mai 1970. Il effectue plus de 100 vols au Vietnam du nord et au sud, au Laos et au Cambodge, sur la version A-6A du Grumman A-6 Intruder il est alors affecté à l'escadron VMA(AW)-533 sur la base américaine Royal Thai Air Base Nam Phong en Thaïlande entre juin 1972 et juin 1973.

 

À son retour aux États-Unis, Bolden commence une tournée de deux ans en tant qu'officier de sélection du Corps de la marine et officier de recrutement à Los Angeles en Californie, suivi de trois ans sur différentes missions dans le Corps des Marines nommé Marine Corps Air Station El Toro (en) en Californie. En juin 1979, il sort diplômé de l'École de pilote d'essai navale des États-Unis de la Naval Air Station Patuxent River dans le Maryland puis il est affecté à la « direction des tests et systèmes d'ingénierie des avions » de la Naval Air Test Center. Il est pilote d'essai de matériels militaires et durant ses nombreux projets de test, vole sur des avions tels que le Grumman A-6E et EA-6B et le Corsair A-7C/E. Il enregistre environ 6 000 heures de vol en avion.

 

Bolden est sélectionné comme candidat astronaute de la NASA en 1980. Jusqu'en 1994 il est membre du Corps des astronautes de la NASA puis à partir du 27 juin 1994 il reprend son service dans le corps des Marines comme commandant adjoint des aspirants à l'Académie navale. En juillet 1997, il est désigné commandant adjoint de l'1 Marine Expeditionary Force (1 MEF). De février à juin 1998, il sert en tant que commandant général des forces 1 MEF pour soutenir l'opération « tonnerre du désert » au Koweït. En juillet 1998, il est promu au grade de major général et rempli ses fonctions en tant que commandant adjoint de la division United States Forces Japan. Il occupe par la suite le poste de commandant général de la troisième unité d'aviation nommée 3rd Marine Aircraft Wing à partir du 9 août 2000 jusqu'au mois d'août 2002. Il quitte ensuite l'armée en août 20043.


Résultat de recherche d'images pour


_ Carrière à la NASA

Sélectionné par la NASA en mai 1980, Bolden est devenu astronaute en août 1981. Il occupe alors diverses responsabilités sur des missions techniques, liées à la sécurité et à la fiabilité au centre de vol spatial Marshall et au centre spatial Kennedy ou au centre spatial Lyndon B. Johnson. Il est aussi le principal astronaute chargé des vérifications et tests de véhicules au centre spatial Kennedy et est également à partir du 28 avril 1992 assistant de l'administrateur adjoint à la direction de la NASA.

 

Bolden a effectué quatre vols spatiaux et totalise plus de 680 heures dans l'espace. Lors de ces vols, il est pilote à bord de la navette spatiale Columbia pour la mission STS-61-C du 12 au 18 janvier 1986 ainsi que sur la navette Discovery durant la mission STS-31 du 24 au 29 avril 1990. Bolden est nommé commandant de la mission STS-45 (24 mars 1992 au 2 avril 1992) ainsi que pour la mission STS-60 (3 au 11 février 1994).

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Expérience spatiale

En janvier 1986, Bolden est pilote de la navette spatiale Columbia lors de la mission STS-61-C qui durera six jours4. L'équipage doit déployer le satellite SATCOM KU-I et mener des expériences en astrophysique et d'études de matériaux. La mission est lancée du centre spatial Kennedy le 12 janvier et se termine le 18 par un atterrissage de nuit réussi sur la base californienne Edwards Air Force Base après avoir accompli 96 orbites de la Terre.

 

Bolden est également pilote sur sa mission suivante, STS-31 lancée le 24 avril 1990 mais cette fois-ci à bord de la navette Discovery. La mission dure cinq jours au cours de laquelle le télescope spatial Hubble est placé sur orbite à 612 km et diverses expériences scientifiques ainsi que des photographies sont menées, notamment la croissance de cristaux de protéines en microgravité, la mesure du niveau de rayons gamma dans la cabine de l'équipage ou l'observation de la Terre à haute altitude avec l'utilisation de l'appareil photographique de type IMAX. Après avoir fait 80 fois le tour de la Terre l'orbiteur atterri avec succès sur la base Edwards le 29 avril 19905.

 

Pour sa troisième mission dans l'espace, Bolden commande six membres d'équipage à bord de la navette Atlantis. La mission STS-45 est lancée le 24 mars 1992 depuis le centre spatial Kennedy. La mission dure neuf jours durant lesquels l'équipage effectue les douze expériences du programme nommé Atmospheric Laboratory for Applications and Science (ATALS-1) à bord du laboratoire à microgravité modulaire Spacelab. Des résultats issus d'ATLAS-1 sur la composition atmosphérique et de propriétés physiques ont contribué de manière significative à améliorer notre compréhension du climat et de l'atmosphère. Après avoir accompli 143 orbites de la Terre, l'orbiteur atterri au centre spatial Kennedy le 2 avril 1992.


Résultat de recherche d'images pour


Bolden commande également l'équipage de la mission STS-60 à bord de la navette Discovery lancée le 3 février 1994. La charge de la navette est principalement constituée du module-laboratoire Spacehab et de la plateforme expérimentale Wake Shield Facility qui doit réaliser dans l'espace des couches minces de matériaux pour des applications électroniques. L'équipage a aussi réalisé une série d'activités scientifiques américano-russe. Après 130 orbites de la Terre la mission se termine par un atterrissage au centre spatial Kennedy le 11 février 1994.

 

Source : fr.wikipedia.org/ Février 2020

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_F._Bolden/


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


3 - Jesse Jackson

 

Jesse Louis Burns, connu sous le nom de Jesse Louis Jackson Sr., dit Jesse Jackson, né le 8 octobre 1941 à Greenville (Caroline du Sud), est un pasteur baptiste américain. Militant politique pour les droits civiques, et notamment ceux des Noirs américains, il a été candidat, avec un programme très progressiste, à l'investiture du parti démocrate pour les élections présidentielles, en 1984 et en 1988.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Années 1980 et 1990

Dans les années 1980, il apparaît comme la personnalité politique afro-américaine la plus notable et devient le plus efficace des porte-paroles pour la reconnaissance des droits civiques. Au parti démocrate, il appartient au courant progressiste, le plus à gauche (comme, par exemple, Bernie Sanders, dans les années 2015). Trop à gauche sans doute pour être un jour élu président, estime-t-on à la direction du parti. Trop à gauche et pas assez blanc peut-être, pour l'époque19


Résultat de recherche d'images pour


Son programme propose entre autres une augmentation des impôts pour les 10% les plus riches de la population américaine afin, notamment, de créer un système de remboursement universel des frais médicaux. Il souhaite aussi réduire drastiquement le budget de l'armée, ne serait-ce que pour réduire ses capacités d'intervention néo-coloniale de par le monde. Après la candidature symbolique de Shirley Chisholm et avant celle de Barack Obama, il est le premier Afro-Américain à obtenir suffisamment de soutiens pour avoir une chance de remporter la primaire du Parti démocrate.

 

En 1984, lors des primaires du Parti démocrate pour l'élection présidentielle, il est en 3e position avec 3 282 431 voix (18,09 % des suffrages20), arrivant derrière Walter Mondale et Gary Hart. En 1988, il arrive en deuxième position derrière Michael Dukakis et obtient 6 788 991 (29,12 % des suffrages21). Il remporte ses victoires essentiellement dans le sud des États-Unis, l'Alabama, la Caroline du Sud, la Géorgie, la Louisiane, le Michigan, le Mississippi, la Virginie et le District de Columbia (c'est-à-dire Washington, la capitale fédérale)


Résultat de recherche d'images pour


_ Depuis 2000

Le 15 février 2003, face à l'imminence d'une deuxième guerre contre l'Irak accusé à tort de posséder des armes atomiques, il prend la parole à Londres devant plus d'un million de personnes pour exhorter les citoyens anglais et américains à s'y opposer. D'une façon plus générale, ses prises de position sur les questions géo-politiques, sont très anti-impérialistes. Il est favorable à la création d'un vrai État Palestinien et à la destruction concertée de toutes les armes nucléaires. 


Résultat de recherche d'images pour


Par ailleurs, il lui arrive de soutenir publiquement des personnalités afro-américaines confrontées à la justice, comme, en 2005, le chanteur Michael Jackson ou encore le condamné à mort Stanley Williams. Il fait aussi une apparition dans la série télévisée américaine South Park, saison 11, épisode 1 (Avec nos excuses à Jesse Jackson) ainsi que dans l'épisode 13 de la saison 4 (à 21:57). Le 4 novembre 2008, Jesse Jackson est présent au rassemblement fêtant l'élection de Barack Obama à la présidence. 


Résultat de recherche d'images pour


Les caméras de CNN le filment en train de fondre en larmes. Cette image forte est commentée par de nombreuses personnalités, dont Denis Sassou N'Guesso, président de la République du Congo, qui déclara le lendemain : « Nous avons suivi à la télévision ce qui se passait et j'avoue qu'à voir les larmes du pasteur Jesse Jackson, je crois que c'est une image qui a bouleversé, et on a vécu avec une grande émotion ce moment-là ». Son fils Jesse Jackson, Jr. a été représentant du 2e district de l'Illinois à la Chambre des représentants de 1995 à 2012 pour le Parti démocrate. En novembre 2017, un diagnostic médical révèle qu'il est atteint de la maladie de Parkinson22.

 

Source : fr.wikipedia.org/ Février 2020

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jesse_Jackson/

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


4 - Etats-Unis : Les entreprises créées par des femmes afro-américaines ont augmenté de 322% depuis 1997

 

Les entreprises détenues par des femmes afro-américaines ont augmenté de 322% dans les 18 dernières années selon Fortune Magazine. Globalement, le nombre de femmes propriétaires d’entreprises a augmenté de 74% entre 1997 et 2015, un taux qui est de 1,5 fois la moyenne nationale, selon le Rapport d’Etat des entreprises détenues par des femmes initié par American Express Open. Les femmes possèdent dorénavant 30% de toutes les entreprises aux États-Unis, ce qui représente quelques 9,4 millions d’entreprises. En outre, les femmes afro-américaines contrôlent 14% de ces entreprises soit quelques 1,3 millions d’entreprises. Ce chiffre est supérieur au nombre total d’entreprises appartenant à toutes les femmes issues des minorités en 1997.


Résultat de recherche d'images pour


«Nous attribuons la croissance des entreprises appartenant à des femmes noires au manque de rémunérations équitables, au manque d’accès équitable à la promotion et au manque de politiques favorables à la famille constatés dans les entreprises américaines », a déclaré Margot Dorfman, directrice générale de la Chambre de l’US Women of Commerce, à Fortune. « Les femmes de couleur, lorsque vous regardez les statistiques, sont touchées de façon plus significative par l’ensemble des facteurs négatifs que rencontrent les femmes. Pas étonnant qu’elles aient choisi d’investir dans leurs propres entreprises ».


Résultat de recherche d'images pour


Les plus fortes concentrations d’entreprises appartenant à des femmes noires se situent en Géorgie, dans le Maryland et l’Illinois, mais les femmes afro-américaines lancent  de plus en plus d’entreprises dans tout le pays, rapporte la revue Fortune. A Détroit, où les leaders de la ville et même le Président Obama ont promu l’entrepreneuriat comme un outil de développement économique ; le Build Institute, une association à but non lucratif aide ses élèves à apprendre les bases de l’entrepreneuriat. Selon cette association, leur élève typique est une femme afro-américaine.

 

Source : www.afrikatech.com/ Par Afrikatech/ Boubacar Diallo juillet 17, 2015/ Février 2020

 

https://www.afrikatech.com/fr/entreprendre/etats-unis-les-entreprises-creees-par-des-femmes-afro-americaines-ont-augmente-de-322-depuis-1997/

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour


5 - Akon 

 

Akon, de son vrai nom Aliaune Badara Thiam 1,2,3, est un chanteur et producteur de RnB américain, né le 16 avril 1973 à Saint-Louis, dans le Missouri5. Son premier single Locked Up et son premier album Trouble sont sortis en 2004. Son deuxième album, Konvicted (2006), a gagné une nomination au Grammy Award pour son single Smack That. Il a fondé le label Konvict Muzik. En 2007, il devient le premier artiste en solo à avoir par deux fois placé deux titres simultanément numéro 1 et 2 au Billboard Hot 100 (I Wanna Love You n°1 et Smack That n°2 puis Don't Matter n°1 et The Sweet Escape n°2)6.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Entreprises

 

·        Konvict Apparel

En février 2007, Akon lance sa ligne de vêtements, Konvict Apparel, des articles au style urbain comprenant des jeans, des t-shirts et des chapeaux. Aliaune est la version haut de gamme pour hommes et femmes, qui inclut des blazers, des jeans et d'autres articles. Timothy Hodge est apparu sur la chaîne MTV pour faire la promotion de la ligne15.

 

Résultat de recherche d'images pour


·        Akon Lighting Africa

En février 2014, Akon s'associe avec le politicien d'origine sénégalaise Thione Niang et l'entrepreneur malien Samba Bathily pour créer la société Akon Lighting Africa. Celle-ci vise à développer l’électrification de l'Afrique grâce à l'énergie solaire16. Elle commercialise des lampadaires, des micro-centrales solaires et des systèmes solaires domestiques17.

 

Il a également sa propre fondation pour les enfants défavorisés d'Afrique, appelée Konfidence Foundation.

 

Source : fr.wikipedia.org/ Février 2020

  

https://fr.wikipedia.org/wiki/Akon

 

Résultat de recherche d'images pour


*****

 

Résultat de recherche d'images pour


Sénégal : Akon candidat à la Présidentielle de 2024 aux USA

 

Alioune Badara Thiam alias Akon a des ambitions débordantes au point de vouloir devenir le président des Etats-Unis. Il voulait déjà, se présenter l’année prochaine, mais il a repoussé le rendez-vous en 2024, le temps sans doute, de mieux se préparer. Le pari est risqué, mais pas impossible. Akon, un illustre rappeur américain, d’origine sénégalaise, annonce sa candidature à la Présidentielle de 2024. Déjà l’année dernière, le rappeur, de son vrai nom Alioune Badara Thiam, affirmait vouloir se présenter contre Donald Trump, lors des Présidentielles américaines de 2020. Une déclaration plus qu’ambitieuse pour un artiste, qui a suffisamment montré son sens de la réparti et son goût pour les affaires et le social, avec de nombreux engagements, développés à travers son projet Akon Lighting Africa.


Mais au fil du temps, l’artiste s’est sans doute rendu compte de la hardiesse de la tâche et surtout de la précocité de la décision. Il s’est finalement résolu à repousser l’échéance en 2024, espérant certainement être prêt, pour cet évènement d’une importance capitale aux Etats – Unis, parce qu’il s’agira d’élire l’homme le plus puissant au monde. Interrogé en fin novembre, sur le plateau du talk-show The Real, Akon a même indiqué, qu’il souhaitait affronter Kanye West, un autre rappeur Afro-américain, qui a également annoncé sa candidature. Il a dit à la présentatrice : «Je ne pense pas que ce serait une compétition, j’ai vraiment besoin de lui pour cette course à la Maison Blanche. 


Résultat de recherche d'images pour


Kanye n’est pas fou, j’ai juste l’impression qu’il a une conception plus spirituelle des choses maintenant. Il est le spécialiste du marketing le plus extraordinaire au monde. Il comprend son public, mais il n’est certainement pas fou, il sait ce qu’il fait (…) S’il s’engage véritablement en politique, c’est génial pour la culture !»  Même si ses chances semblent minces au regard de la configuration de l’establishment politique aux USA, il n’en demeure pas moins que Akon reste une icône dans le pays de l’Oncle Sam. Et à ce titre, il pourrait bénéficier de soutiens de taille aussi bien dans le milieu culturel que sportif où il compte énormément d’inconditionnels.

 

Source : www.neoafricanews.com/ INTERNATIONALPar Neo Africa News Publiée le 2 Déc 2019


https://www.neoafricanews.com/2019/12/02/senegal-akon-candidat-a-la-presidentielle-de-2024-aux-usa/

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour


6 - Le chanteur Akon va créer sa propre ville durable au Sénégal


L’artiste américain de 46 ans a décidé d’investir dans son pays d’origine pour y établir un complexe en phase avec l’urgence écologique. Une cité qui aurait sa propre monnaie, l’Akoin. Vous avez dit mégalomanie ? En retrait du monde de la musique depuis quelque temps, Akon a décidé d’investir dans l’écotourisme sur la côte Atlantique au Sénégal, ont indiqué des responsables du gouvernement du pays d’origine du rappeur.


Connu pour ses tubes R&B Lonely ou Smack That, le chanteur et producteur américano-sénégalais de 46 ans a signé mardi 14 janvier un accord avec la société publique Sapco (Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal). «Au-delà de son statut d’artiste, c’est Akon, l’investisseur qui a foi en l’Afrique, qui est reçu», a dit le ministère du Tourisme dans un communiqué publié à l’occasion de cette signature. Les contours du projet final restent à préciser. Le secrétaire général de la Sapco, Alioune Ndiaye, a indiqué à l’AFP que le document signé était un protocole d’accord et que le montant de l’investissement n’était pas encore arrêté. Akon entend ériger un complexe dans le village de Mbodiène, au sud de Dakar.


Résultat de recherche d'images pour


_ L’écologie au cœur d’«Akon City»

En novembre dernier, Akon avait précisé que «sa ville» fonctionnerait à l’énergie renouvelable et qu’elle serait équipée de son propre aéroport. L’artiste souhaite également mettre en place sa propre cryptomonnaie, le «Akoin». Un porte-parole du ministère du Tourisme a parlé quant à lui de projet de village de tourisme durable. Une partie de la presse sénégalaise va jusqu’à anticiper la construction d’une ville «durable» et «futuriste», véritable «Akon City», sur des dizaines d’hectares.


Un projet qui n’est pas sans rappeler le Wakanda, ville fictive appartenant au Marvel Cinematic Universe et spécifiquement dédiée aux aventures de Black Panther . Un royaume africain futuriste à la technologie très avancée. «Il n’y a rien dans ce film, futuriste, que l’Afrique n’ait pas les moyens de créer. Je suis sûr que c’est plus que faisable. Mon but dans la vie est de créer cette ville en Afrique avant de partir», avait d’ailleurs déclaré le chanteur qui, en août dernier, avait fait paraître Wakonda, un morceau au titre plus qu’évocateur.


Résultat de recherche d'images pour


● Akon - Wakonda

Le rappeur, Alioune Badara Thiam de son vrai nom, est né aux États-Unis de parents sénégalais. S’il a passé une partie de son enfance au Sénégal, il est ensuite retourné à l’âge de sept ans aux États-Unis, où il a accédé plus tard à la notoriété. C’est bien au pays de l’Oncle Sam qu’il a déclaré vouloir briguer un mandat de président de la république en 2020, et tenter de faire de l’ombre au prêcheur Kanye West.


Source : Par AFP agence et Le FigaroPublié le 16 janvier 2020 à 11:34, mis à jour le 16 janvier 2020 à 11:34


https://www.lefigaro.fr/musique/le-chanteur-akon-va-creer-sa-propre-ville-durable-au-senegal-20200116/


 Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


7 - Battling Siki

 

Amadou (ou Louis) Mbarick Fall appelé Battling Siki est un boxeur franco-sénégalais né le 22 septembre 1897 en France à Saint-Louis (actuel Sénégal) et mort le 15 décembre 1925 à New York. Il est citoyen français. À 25 ans, il fut le premier Africain à devenir champion du monde.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Identité :

Ses divers noms illustrent bien la difficulté pour un Africain à produire un état civil officiel au début du xxe siècle, bien qu'en 1897, année de sa naissance, les personnes nées à Saint-Louis — comme à DakarGorée et Rufisque (les « Quatre Communes ») — bénéficiaient de la citoyenneté française, alors que les autres habitants de la colonie avaient un statut d'indigènes1,2. Originaire des Quatre Communes, Battling Siki est citoyen français3.

 

Il est né avec les prénom et nom Baye Fall, puis il changea son prénom et devint Louis Fall. L'orthographe de son nom de famille changera parfois en Louis Phal. On lui attribue également ce prénom et nom : Amadou M'Barick Fall. Mais il sera connu surtout par son surnom « Battling Siki ». Le nom de Siki serait la déformation du terme Siggil! qu'il lançait aux boxeurs qu'il entraînait et qui veut dire en wolof (sa langue maternelle), « Relève la tête ! ».

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Ses débuts

Adolescent, il plongeait du haut d'une falaise pour aller chercher dans la mer les pièces de monnaies jetées par les Français. Il est remarqué par une danseuse hollandaise qui lui propose de l'emmener vers l'Europe. C'est en France qu'il fait escale. Il prendra son indépendance en lavant la vaisselle. Puis à 14 ans, il commence sa carrière dans la boxe.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Sa carrière

Elle commence entre 1912 et 1914 avec 16 combats (8 victoires, 6 nuls, 2 défaites). La Première Guerre mondiale va interrompre sa carrière. Incorporé comme soldat au 8e régiment d'infanterie coloniale, il y recevra la médaille militaire et la croix de guerre. Il reprend les gants de boxe en 1919. Entre novembre 1919 et 1922, il remporte un total de 43 victoires, contre 2 nuls et 1 défaite.

 

François Deschamps, qui est le manager de Georges Carpentier, boxeur préféré des Français et dernier champion du monde, propose, en 1922, une rencontre au stade Buffalo de Montrouge devant 40 000 personnes. Le combat se termine au 6e round par un uppercut du droit du boxeur franco-sénégalais.

 

L'arbitre disqualifie Battling Siki, puis, sous la pression de la foule, accepte de donner la victoire près de 20 minutes plus tard. Deschamps fera appel le 26 septembre, mais sera débouté. Battling Siki ayant fait perdre beaucoup d'argent aux parieurs de mèche avec les promoteurs de ce match, Battling Siki est ostracisé et sera finalement exclu de la Fédération française de boxe4. Ce combat est le premier élu Surprise de l'année Ring Magazine.

 

Battling Siki remet en jeu son titre face à Mike McTigue en Irlande. Il sera déclaré vaincu après 20 rounds âprement disputés, ce qui fit dire qu'il perdit à cause d'un arbitrage « à domicile ».

Par la suite, il perd ses titres de champion d'Europe et de France par disqualification contre Émile Morelle 5,6,7

Il gagne encore deux combats par KO, puis part aux États-Unis où il perd deux combats successifs en novembre et décembre 1923. Il perdra l'un de ses derniers combat en 1925 par KO technique contre Paul Berlenbach8.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Sa vie

Elle ressemble à celle de beaucoup de personnes de couleur qui ont connu la gloire malgré les préjugés de l'époque.

Battling Siki devra subir des insultes racistes : « beaucoup de journalistes ont écrit que j’avais un style issu de la jungle, que j’étais un chimpanzé à qui on avait appris à porter des gants. Ce genre de commentaires me font mal. J’ai toujours vécu dans de grandes villes. Je n’ai jamais vu la jungle. » On lui reprochera d'aimer l'alcool et les femmes blanches. Il se mariera avec deux femmes occidentales, ce qui était très mal vu à cette époque.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Une fin tragique

Les journaux ne s'intéressent plus qu'à ses frasques. Le 15 décembre 1925, M'barick Fall « Battling Siki », qui était sorti en disant à sa femme qu'il allait « faire un tour avec des amis » est retrouvé mort, au pied d’un immeuble de la 41e rue, dans le quartier de Hell's Kitchen, près de chez lui. Il a été abattu de deux balles dans le dos, tirées de près. Il n’avait que 28 ans.

 

Sa femme Lilian dira :

« a good boy, he was just mischievous. He would never harm anybody »

« Un bon garçon, il était juste facétieux. Il ne voulait de mal à personne. »

Georges Carpentier :

« Il est dommage qu'un athlète possédant un talent aussi magnifique ait trouvé une telle fin. Le temps est passé où les boxeurs peuvent céder à la beuverie, la bombance et être des champions. J'espère seulement que le destin du pauvre Siki sera une leçon pour les aspirants pugilistes. »

 

En 1993, les ossements de Battling Siki auparavant entreposés dans une fosse commune de New-York sont rapatriés au Sénégal à l'initiative de José Sulaimán, alors président de la World Boxing Council (WBC)9.

 

Source : fr.wikipedia.org/ Février 2020

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Battling_Siki/

 

Résultat de recherche d'images pour

 

-----------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


8 - USA/ SCIENCES/ NASA : Katherine Johnson, Mary Jackson et Dorothy Vaughan, les véritables femmes de l’ombre de la Nasa

 

Elles ont marqué l’Histoire. Et pourtant, pendant longtemps, cette dernière les a oubliées. « Les figures de l’ombre » rend enfin hommage à Katherine Johnson, Mary Jackson et Dorothy Vaughan, trois femmes afro-américaines dont les travaux ont permis de grandes avancées pour la Nasa, dans un long-métrage hollywoodien. Les Figures de l’ombre (dont le titre original est Hidden Figures), le film adapté du livre de Margot Lee Shetterly, mêle les destinées de ces « ordinateurs en jupes » à l’histoire de la conquête spatiale américaine, en parallèle de l’abolition des lois anti-ségrégation aux Etats-Unis. Paris Match revient sur le destin extraordinaire de ces femmes qui se sont battues pour s’imposer dans un monde d’hommes, de surcroit blancs.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Katherine Johnson, le génie des mathématiques

Véritable prodige des mathématiques, Katherine Johnson (interprétée par Taraji P. Henson) a grandement contribué au succès du premier vol orbital autour de la planète de l’astronaute John Glenn. Mais avant d’être reconnue pour cela, elle a effectué un parcours scolaire impressionnant, diplômée du lycée à 14 ans, de l’université à 18 ans. D’autant plus prodigieux quand on sait les difficultés éprouvées par une jeune femme noire en pleine période de ségrégation en Virginie.

 

Pendant un temps, elle a enseigné les mathématiques dans une école noire de son État de naissance. Elle est entrée au sein du Comité consultatif national pour l’aéronautique (National Advisory Committee for Aeronotics, soit la Naca, l’ancêtre de la Nasa) en 1953, après avoir eu trois filles avec son premier mari. Peu de temps après son arrivée, elle a intégré le Département de guidage et de navigation tant les besoins étaient grands au sein du programme spatial américain. En dépit des épreuves, Katherine Johnson a fait parler son talent et est devenue indispensable, même après l’arrivée des ordinateurs qui calculaient bien plus rapidement que les humains.


 Résultat de recherche d'images pour


En 1962, alors que le départ de John Glenn approche, l’astronaute a personnellement demandé aux techniciens à ce que Katherine Johnson vérifie elle-même les chiffres calculés par l’IBM, prononçant cette phrase : « Si elle dit qu’ils sont bons, alors je suis prêt à partir ». Elle a rendu un vibrant hommage à celui qui a mis sa vie entre ses mains en décembre dernier, au moment de son décès : « Un homme bien a quitté la Terre pour la dernière fois. On se souviendra de la vie de John Glenn pour le temps qu’il a passé dans l’espace, son courage et les services qu’il a rendus aux Américains », avait-elle déclaré dans un communiqué.


Résultat de recherche d'images pour


Katherine Johnson est la seule des « figures de l’ombre » encore vivante aujourd’hui, elle est âgée de 99 ans. Barack Obama lui a remis la médaille de la liberté, la plus prestigieuse récompense civile américaine, en novembre 2015, près de 30 ans après son départ en retraite, après avoir également contribué au succès de la mission Apollo, qui avait comme destination… la Lune. Elle se trouvait sur la scène des Oscars le mois dernier, cérémonie au cours de laquelle elle a présenté le prix du meilleur documentaire au côté de Taraji P. Henson, qui l’incarne dans le film, Octavia Spencer et Janelle Monáe.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Mary Jackson, l’ingénieure combative

Mary Jackson (interprétée par Janelle Monáe) a intégré l’aile ouest de l’unité d’informatique de la Naca en 1951, sous les ordres de Dorothy Vaughan. Avant d’obtenir ce poste, la mathématicienne a vécu plusieurs vies : diplômée en mathématique et physique en 1942, elle a enseigné les mathématiques avant de devenir bibliothécaire, puis réceptionniste. Elle a pris une pause à la naissance de son fils, à l’issue de laquelle elle a été secrétaire pour l’armée. Elle est ensuite entrée à la Naca, où elle a évolué de l’unité d’informatique à celle d’ingénierie où elle a travaillé sur une soufflerie supersonique. Mais elle ne pouvait prétendre à un diplôme d’ingénieur.

 

Résultat de recherche d'images pour


Son combat, soutenu notamment par l’ingénieur aéronautique polonais travaillant pour la Naca, Kazimierz Czarnecki, a été d’obtenir le droit de suivre un cursus plus poussé en mathématiques et en physique, brisant pour cela les lois ségrégationnistes interdisant aux Noirs l’accès à de telles études. À l’issue de ses études, Mary Jackson est devenue la première ingénieure noire de la Nasa. Dans les années 1970, pour inciter de jeunes filles à se diriger vers des études scientifiques, elle avait contribué à la création d’une soufflerie au sein du centre communautaire de Hampton, sa ville natale. Après avoir occupé son poste d’ingénieure jusqu’en 1979, Mary Jackson a quitté ses fonctions pour travailler en faveur de l’égalité des chances, pour la promotion des minorités au sein de la Nasa, jusqu’à sa retraite en 1985. Elle est décédée en février 2005, à l’âge de 83 ans.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Dorothy Vaughan, l’informaticienne pionnière

Comme ses deux collègues, Dorothy Vaughan (interprétée par Octavia Spencer) a démarré sa carrière comme professeure de mathématiques. Elle est entrée à la Naca en 1943, quittant son poste de professeure de mathématiques pour ce qu’elle pensait être une mission temporaire jusqu’à la fin de la guerre. En vertu des lois Jim Crow sur la ségrégation, Dorothy Vaughan et toutes les mathématiciennes noires de la Nasa ont ainsi dû travailler dans une partie isolée du campus, où elles étaient déployées au service de diverses recherches – tout en devant se plier aux lois ségrégationnistes, comme l’usage de toilettes séparées. 


Résultat de recherche d'images pour


De 1949 à 1958, Dorothy Vaughan a ainsi dirigé l’aile ouest de l’unité d’informatique, jusqu’à ce que la Naca devienne la Nasa, alors en pleines recherches pour envoyer pour la première fois des hommes dans l’espace, et que les traitements différents en vertu de couleurs de peau ne soient abolis. Elle était devenue la première manager noire de l’histoire de l’agence. Sachant que les calculateurs humains seraient rapidement dépassés par les ordinateurs, Dorothy Vaughan a alors appris le langage de programmation FORTRAN, elle est partie à la retraite en 1971, à l’âge de 61 ans, ne réussissant pas à obtenir de poste de dirigeant au sein du Centre de recherche mais laissant derrière elle une trace indélébile sur toutes les calculatrices qu’elle a inspirées. Dorothy Vaughan est décédée en novembre 2008, à l’âge de 98 ans.

 

Source : parismatch.be/ Rédaction Paris Match Belgique/ Publié le 7 mars 2017/ Mis à jour le 7 mars 2017/ D’après un article Paris Match France de Kahina Sekkai

 

https://parismatch.be/culture/cinema/18508/figures-ombre-nasa-vraies-femmes/

 

Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------


Résultat de recherche d'images pour


9 - SCIENCES/ NASA : Des mathématiciennes noires géniales au coeur de la conquête spatiale américaine

 

ETATS-UNIS : Leur histoire remarquable, trop longtemps ignorée, a été l’objet d’un film avec Taraji Henson et les oscarisés Octavia Spencer et Kevin Costner…

Elles ont fait éclater préjugés et barrières sociales au temps de la ségrégation sociale. Des mathématiciennes noires géniales ont joué un rôle très important dans les grands succès du programme aérospatial américain.


L’histoire remarquable et largement inconnue de ces femmes est révélée dans un livre publié en septembre, intitulé « Hidden Figures » (Figures de l’ombre), dont l’auteure, Margot Lee Shetterly, connaissait dans sa jeunesse plusieurs d’entre elles sans soupçonner qu’elles avaient contribué à la conquête spatiale. Un film éponyme a déjà été réalisé avec Taraji Henson et les oscarisés  Octavia Spencer et Kevin Costner, qui sortira en janvier.

 

_ Histoire ignorée

Margot Lee Shetterly raconte à l’AFP que ces Afro-Américaines n’avaient en apparence rien qui sortait de l’ordinaire. Elles étaient des Noires de la classe moyenne de Hampton, en Virginie, qui travaillaient au centre de recherche de la Nasa tout proche, comme son père, un ingénieur. Il a fallu des années avant qu’elle découvre l’histoire ignorée de ces héroïnes au détour d’une conversation avec son père, ce qui l’a poussée à faire des recherches et écrire ce livre sur quatre de ces femmes.

L’une d’elles a par exemple calculé les trajectoires de la fusée d’Alan Shepard, qui a effectué le premier vol sub-orbital en 1961, et pour John Glenn, premier Américain à voler en orbite en 1962.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Victimes des lois ségrégationnistes

Des dizaines de Noirs des deux sexes travaillaient alors comme mathématiciens et physiciens pour le programme spatial, tout en étant victimes des lois ségrégationnistes qui les forçaient à utiliser des toilettes séparées de celles des Blancs, à ne pas manger dans les mêmes restaurants ou à fréquenter d’autres écoles. Les quatre héroïnes du livre, Dorothy Vaughan, Katherine Johnson, Mary Jackson et Christine Darden, ont commencé pour certaines à travailler à Langley, le premier centre de recherche aéronautique américain, dès le début des années 1940. C’est l’entrée des Etats-Unis dans la guerre en 1941 qui leur a ouvert la porte, explique Margot Lee Shetterly.

 

Résultat de recherche d'images pour

(Another hidden figure: Clyde Foster brought color to NASA)


_ La guerre comme « ascenseur social »

Le pays avait alors un besoin pressant d’ingénieurs et de mathématiciens pour concevoir de nouvelles technologies permettant aux avions comme les « Superforteresses » de voler plus vite et plus haut. Mais là encore la ségrégation persistait. Ces femmes noires baptisées « Colored computers » (ordinateurs de couleur) travaillaient à l’écart dans l’unité de calcul de l’aile ouest du bâtiment. A la fin de la guerre il y avait environ 25 Afro-Américaines et deux responsables blancs dans cette unité. Ensuite vint la guerre froide avec l’URSS qui lança le premier satellite, Spoutnik, en 1957, accroissant la pression sur les Etats-Unis pour gagner la course spatiale.


Résultat de recherche d'images pour

(Apollo 11 : le «petit pas pour l’homme» n’aurait pas eu lieu sans ces femmes)


_ Apollo 11

En 1958, la Nasa est créée, regroupant toutes les activités spatiales. Le centre Langley est chargé du projet Mercury, premier programme américain de vol spatial habité. Les mathématiciennes noires de l’aile ouest sont alors réparties et intégrées dans les autres divisions pour effectuer les calculs complexes de lancement de fusées. En 1959, Katherine Johnson et un collègue blanc sont les premiers à faire les calculs d’un tel vol, pour le premier lancement suborbital d’Alan Shepard. Selon ce livre, en 1962, John Glenn a demandé avant son premier vol orbital que Kathrine Johnson vérifie elle-même une dernière fois les calculs de sa trajectoire. Plus tard, ses talents mathématiques l’ont conduite à déterminer la trajectoire du vol Apollo 11 vers la Lune en juillet 1969, dont la descente de Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur le sol lunaire.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ « Tirer les leçons du passé pour ouvrir les portes »

En novembre 2015, Barack Obama lui a remis la Médaille présidentielle de la liberté, plus haute distinction civile américaine. Agée de 98 ans, cette brillante physicienne et mathématicienne avait obtenu sa licence de mathématiques à 18 ans. Dorothy Vaughan, aujourd’hui décédée, avait été la première personne noire dans les années 1950 à diriger une équipe. Mary Jackson est devenue ingénieure aéronautique et Christine Darden, 74 ans, est considérée comme l’une des meilleures expertes mondiales des vols supersoniques. Pour Margot Lee Shetterly, l’histoire de ces femmes est « une puissante inspiration » et « montre que nous pouvons tirer les leçons du passé pour ouvrir les portes ».

Environ 80 femmes noires mathématiciennes et physiciennes ont travaillé pour les programmes aérospatiaux entre 1943 et 1980, et un millier de femmes blanches.

 

Source : www.20minutes.fr/ C. A. avec AFP/ Publié le 20/09/16/ Mis à jour le 20/09/16

 

https://www.20minutes.fr/monde/1927475-20160920-nasa-mathematiciennes-noires-geniales-coeur-conquete-spatiale-americaine/

 

Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour "globe, north, west africa"