Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VIVRE SANS FAIRE DU MAL EST POSSIBLE (Religion et autres)


Publié le 05/05/2018 à 02:04:09
RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGION CHRETIENNE : Jésus Christ, ce rempart contre le mal (victoire éternelle sur le mal et sur le démon)




 

0.1 - « L’attitude de Jésus face au diable : Jésus a lui-même été « tenté » par le diable, avant le début de sa vie publique, lors de la triple tentation au désert, dont il sort à trois reprises victorieux (Mt 4, 1 11). La vie publique de Jésus apparaît à d’innombrables reprises comme un combat contre Satan : il fait sortir de l’homme les esprits impurs (Mc 1, 21 28), délivre les possédés, lutte aussi contre les juifs incrédules, qu’il va jusqu’à traiter de fils du diable (Jn 8, 44). À noter que Jésus ne dialogue pas avec le diable : il le démasque, l’oblige à sortir de l’obscurité où il se dissimule et le fait taire. Au moment de la Passion, Jean souligne le rôle du diable pour en proclamer la défaite finale (Jn 13). Le Prince de ce monde semble mener le jeu, mais en réalité, « il n’a sur le Christ aucun pouvoir » (Jn 14, 30). »


Résultat de recherche d'images pour

  

0.2 - « Le combat contre les forces du mal et des ténèbres est la mission de l’Eglise : Toute  entière, l’histoire humaine est en fait traversée par une lutte terrible contre les puissances des ténèbres ; lutte commencée depuis l’origine du monde qui durera, comme le dit le Seigneur jusqu’au dernier jour. Engagé dans cette bataille, l’homme devra combattre sans cesse pour pouvoir rester uni au bien, et il ne peut obtenir son unité intérieure qu’au prix de grands efforts, avec l’aide de Dieu. L’Eglise est sûre de la victoire finale du Christ et pour cela ne se laisse pas entraîner par la peur ou le pessimisme, mais en même temps elle est consciente de l’action du malin qui cherche à nous décourager et à semer la confusion… »


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

1 - Satan existe-t-il vraiment ?

. La question divise l'Eglise catholique

 

Le diable n'est pas qu'une vue de l'esprit, pour le pape François. Pour le nouveau supérieur général de l'ordre des jésuites, il ne s'agit au contraire que d'une figure symbolique inventée par les hommes. Si Dieu existe, alors pourquoi pas le Mal ? Pourquoi les guerres, pourquoi les génocides? Lorsque ces questions réapparaissent dans les débats internes à l'Eglise catholique, note Le Figaro, la controverse ne passe pas inaperçue. Surtout quand elle oppose le père Arturo Sosa, nouveau supérieur général des jésuites et le pape François, lui-même issu de cet ordre. Dans une interview accordée le 31 mai au quotidien espagnol El Mundo, le prêtre vénézuélien ne voit en Satan qu'une figure symbolique. "Nous, les chrétiens, nous croyons que nous sommes faits à l'image de Dieu, parce que Dieu est libre. (...) Nous avons créé des figures symboliques, comme le diable, pour exprimer le mal", affirme ainsi Arturo Sosa, le nouveau supérieur général de la Compagnie de Jésus.

 

Pour lui, l'idée du diable est la question du libre arbitre. "De mon point de vue, le mal fait partie du mystère de la liberté. Si l'être humain est libre, il peut choisir entre le bien et le mal. Nous, les chrétiens, nous croyons que nous sommes faits à l'image et à la ressemblance de Dieu, parce que Dieu est libre, mais Dieu choisit toujours de faire le bien parce qu'il est toute bonté. Nous avons créé des figures symboliques, comme le diable, pour exprimer le mal", insiste Arturo Sosa.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Le pape sur une ligne radicalement différente

François est d'un avis opposé. L'opposition entre les deux est d'autant plus symboliquement importante qu'il est le premier pape jésuite de l'histoire. Elu en 2013, il lançait le 30 octobre 2014: "À cette génération, et tant d'autres, on a fait croire que le diable est un mythe, une image, une idée, l'idée du mal. Mais le diable existe et nous devons lutter contre lui. C'est ce que dit Saint-Paul, ce n'est pas moi qui le dis! La parole de Dieu le dit. Mais pourtant, nous n'en sommes pas vraiment convaincus." La position papale semble plus conforme à la tradition jésuite, en référence au débat qui les opposa aux jansénistes sur la question de la grâce. Mais surtout le "pape noir" comme est traditionnellement nommé le chef des jésuites, est connu pour son engagement politique à gauche.

 

12/06/2017/

 

http://www.bfmtv.com/societe/satan-existe-t-il-vraiment-la-question-divise-l-eglise-catholique-1184531.html

 

Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

2 - Ce que pense le pape François des attaques du démon

 

"Le diable existe, il ne faut pas être naïf… Mais le Christ a déjà vaincu." C'est ce que le pape François a toujours pensé depuis l'époque où il était le jeune père Jorge Mario Bergoglio. Vous croyez en l’existence de Satan ? Alors sans doute apprécierez-vous ces paroles fermes du pape François : "On a fait croire que le diable est un mythe, une image, une idée, l’idée du mal. Mais le diable existe et nous devons lutter contre lui. C’est ce que dit saint Paul, ce n’est pas moi qui le dis ! La Parole de Dieu le dit. Et pourtant nous n’en sommes pas vraiment convaincus" (30 octobre 2014).


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Tous tentés au cours de notre vie

C’est indéniable. Nous sommes et serons tous tentés au cours de notre vie ; nous rencontrons le mal et la tentation, la souffrance, la division, et il nous arrive souvent de trembler devant les épreuves. Alors qu’il n’était que jeune prêtre, puis archevêque de Buenos Aires, et maintenant en tant que Pape, François a parlé de l’influence des puissances du mal sur nous, si nous les laissons faire. Mais comment s’y prend le démon pour tenter de nous affaiblir et nous détruire ? Quelle est sa tactique ? 

 

Résultat de recherche d'images pour  


_ Le diable attaque notre foi, notre espérance et notre unité

Le démon poursuit deux objectifs principaux : que nous perdions la foi et l’espérance, et que nous perdions l’unité. Pour que l’espérance et la foi diminuent, ou même disparaissent, rien de mieux que de remplacer Dieu dans notre cœur par d’autres idoles séculaires. Et cela de deux manières : 
–  La première est d’inciter à la vanité ; le diable nous invite à éviter le combat quotidien, en cherchant d’autres voies : "Au lieu de suivre un chemin sûr, il nous présente un raccourci, nous séduit, cherche à arracher notre espérance, celle qui ne déçoit pas " (2 juin 2007). 
– La deuxième est de nous offrir des alternatives que sont le consumérisme, l’ascension sociale ; autrement dit, de remplacer Dieu, en restant prisonniers de "fausses promesses de lumière du démon" (24 décembre 2003). 
Non content de  cela, l’ennemi cherche aussi la division, parce qu’il sait que le témoignage d’amour donné par l’unité entre les chrétiens rend évidente la présence du Christ aux baptisés comme aux non-baptisés. 

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Rejeter immédiatement les tentations

L’Eucharistie nous conduit à former un seul corps, et Satan veut le détruire : "Le démon ne reste jamais tranquille ; c’est le père du mensonge, le père de la discorde, le père de la division, le père de la violence. Et ce père, nous ne l’aimons pas parce que ce père ne nous rend pas frères, mais nous divise" (1er octobre 2006). Et la tactique est toujours la même : elle commence par la tentation et, si nous ne la rejetons pas immédiatement, elle grandit, grandit en impliquant les autres ; et elle contamine les autres, et finalement, elle se justifie en recourant au mensonge, aux calomnies, aux idéologies et toutes les méthodes avec lesquelles nous parvenons à nous tromper. Le Pape donne un exemple : "Pensons aux bavardages : j’éprouve un peu d’envie, de jalousie à l’égard de telle personne, je ne le garde pas pour moi, mais finis par le partager, en disant du mal de cette personne. Nous sommes tous tentés, a repris le Pape, car la loi de la vie spirituelle, notre vie chrétienne, c’est une lutte" (11 avril 2014).

 

Il nous faut avoir conscience que notre fidélité à l’Évangile et à l’Église nous expose à des attaques plus grandes, car Satan méprise l’amour de Dieu et l’amour entre les personnes. Ne soyons ni naïfs ni lâches : soyons vigilants, marchons avec crainte et tremblements, mais aussi et surtout avec la conscience que le Christ a déjà vaincu et nous accompagne toujours. Sans doute trouverons-nous le découragement à certains moments, et cela tend à nous faire tomber. Mais il existe de nombreuses raisons,  bien plus puissantes, pour soutenir notre espérance !

 

Adapté du portugais par Élisabeth de Lavigne/ Marcelo López Cambronero/ 02 juillet 2015

 

https://fr.aleteia.org/2015/07/02/ce-que-pense-le-pape-francois-des-attaques-du-demon/


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

 3 - L’attitude de Jésus face au diable

 

. Quels rapports Jésus a-t-il eu avec Satan ? Un article de Béatrice Bazil, en partenariat avec la Croix.

 

Jésus a lui-même été « tenté » par le diable, avant le début de sa vie publique, lors de la triple tentation au désert, dont il sort à trois reprises victorieux (Mt 4, 1 11). La vie publique de Jésus apparaît à d’innombrables reprises comme un combat contre Satan : il fait sortir de l’homme les esprits impurs (Mc 1, 21 28), délivre les possédés, lutte aussi contre les juifs incrédules, qu’il va jusqu’à traiter de fils du diable (Jn 8, 44). À noter que Jésus ne dialogue pas avec le diable : il le démasque, l’oblige à sortir de l’obscurité où il se dissimule et le fait taire. Au moment de la Passion, Jean souligne le rôle du diable pour en proclamer la défaite finale (Jn 13). Le Prince de ce monde semble mener le jeu, mais en réalité, « il n’a sur le Christ aucun pouvoir » (Jn 14, 30).


Résultat de recherche d'images pour


Pour Jésus, le mal n’a donc pas été une abstraction, une simple manifestation de la finitude et des limites de l’homme. Il y a vu une force mystérieuse avec laquelle il lui a fallu se mesurer, pour mettre fin à la domination qu’elle exerçait chez les hommes. Le caractère imagé et symbolique du langage ne doit pas conduire à nier la réalité du combat spirituel mené contre le diable. Et, comme le dit saint Paul, cette lutte contre les manœuvres du Malin se poursuit chaque jour pour nous dans le combat de la foi (Ep 6, 10 16). Mais nous savons désormais que Jésus a introduit dans ce combat, qui se poursuivra jusqu’à la fin de l’histoire du salut, le principe d’une victoire et d’une délivrance. Satan continue à tenter le monde, mais il est un ennemi vaincu par avance, comme l’annonce de façon imagée l’Apocalypse (Ap 20, 10).

 

Béatrice Bazil, article paru dans le Supplément Religion et Spiritualité de la Croix des 20/21 février 2010.

 

https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Diable/L-attitude-de-Jesus-face-au-diable


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

 

4 - Résister au diable : un combat spirituel

 

La vie spirituelle a toujours été représentée comme un combat. Cultures et époques marquent ce combat de leur particularité. A chaque saint, son combat contre le malin. Saint Antoine qui se bat au désert avec le tentateur, saint Benoît qui repousse les assauts du diable - la médaille de Saint-Benoît est toujours "recommandée" pour tous ceux qui veulent se prémunir du malin -, l'archange Michel qui ferraille aux cieux avec les armées démoniaques...

La vie spirituelle a toujours été représentée comme un combat. Cultures et époques marquent ce combat de leur particularité. Diablotin fourchu de Benoît, tableaux baroques dans les écrits de Thérèse d'Avila, esprits frappeurs du curé d'Ars... rien n'empêche le combat de se nourrir des fragilités psychologiques ou des défauts du saint en question. Ils tissent son humanité.

 

 Résultat de recherche d'images pour


_ Connaître la stratégie du démon

Femme de tête autant que d'oraison, Thérèse d'Avila est assaillie pendant la prière. "Il est très important de savoir la guerre que fait le démon à une âme pour la gagner, l'artifice et la miséricorde avec lesquels le Seigneur s'efforce de la ramener à Lui pour qu'elle se garde des dangers dont je ne me suis point gardée", écrit-elle. Ignace de Loyola, dans ses Exercices spirituels, invite à débusquer les "pensées du mauvais" qui s'immiscent en nous et à vivre ce temps de "désolation spirituelle" comme une marche vers la liberté.

 

Publié le 20 février 2014/

 

https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Diable/Resister-au-diable-un-combat-spirituel


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Image associée

  

5 - Le diable et l'Enfer existent, même au XXIè siècle

_ Réflexions des Papes François, Paul VI et Jean-Paul II.

 

Nous allons voir ce qu'il en est vraiment de la pensée du Pape François et de ses prédécesseurs concernant le Diable et l'Enfer, et fermer une bonne fois pour toute le clapet à ces langues de vipère au service du père du mensonge et de la division ! / Un article de versdemain.org

 

Certains pensent que le diable (et par extension l'enfer) n'existent pas, que c'est une invention de l'esprit humain, pour expliquer la cause du mal dans le monde, ou une invention de l'Église, pour faire peur aux gens. Ne vous y trompez pas, le diable existe vraiment, c'est un être personnel, un ange déchu, qui s'est rebellé contre Dieu et veut la perte des âmes. Lucifer était le plus intelligent et le plus beau des anges au Ciel, mais dans son orgueil, il s'est prétendu supérieur à Dieu, et a été chassé en enfer par l'archange saint Michel, et est devenu Satan (l'adversaire), travaillant depuis sa chûte à faire échouer le plan de Dieu pour Sa création.


Résultat de recherche d'images pour


Satan a définitivement été vaincu par Jésus par Sa mort sur la Croix et Sa résurrection, mais nous devons néanmoins continuer de lutter pour ne pas tomber dans les pièges du diable. Tel est l'enseignement de l'Église, comme l'a rappelé (...) le Pape François, dans son homélie du vendredi 11 avril 2014, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe du Vatican.

 

« La vie de Jésus a été une lutte. Il est venu vaincre le mal, vaincre le prince de ce monde, vaincre le monde ». Le Pape François a débuté ainsi son homélie, consacrée à la lutte contre le démon. Une lutte, a-t-il dit, que doit affronter chaque chrétien: « Nous sommes tous tentés, a expliqué le pape, parce que la loi de la vie spirituelle, notre vie chrétienne, est une lutte: une lutte. Parce que le prince de ce monde – le diable – ne veut pas de notre sainteté, ne veut pas que nous suivions le Christ. Quelqu'un parmi vous, peut-être, je ne sais pas, pourrait dire: “Mais, Père, vous êtes vraiment vieux jeu: parler du diable au XXIe siècle!” Mais, vous savez, le diable existe! Le diable existe. Même au XXIe siècle! Et nous ne devons pas être naïfs! Nous devons apprendre de l'Évangile comment faire pour lutter contre lui  ».

 

Résultat de recherche d'images pour


_ L'ennemi numéro un

Lors de l'audience générale du 15 novembre 1972, le Pape Paul VI déclarait : « Quels sont aujourd'hui les besoins les plus importants de l'Église ? Ne soyez pas étonnés par notre réponse que vous pourriez trouver simpliste voir même superficielle ou irréelle: l'un de ses plus grands besoins est de se défendre contre ce mal que nous appelons le démon. (...) Le mal n'est pas seulement une déficience, il est le fait d'un être vivant, spirituel, perverti et pervertisseur. Terrible, mystérieuse et redoutable réalité !

« Ils s'écartent de l'enseignement de la Bible et de l'Église ceux qui refusent de reconnaître son existence... ou encore, qui l'expliquent comme une pseudo-réalité, une invention de l'esprit pour personnifier les causes inconnues de nos maux. (...)

« Qui ne se rappelle, dans l'Évangile, le chapitre, si lourd de sens, de la triple tentation du Christ au début de sa vie publique, ou bien les si nombreux récits où le Seigneur rencontre le démon, lequel figure dans ses enseignements (par exemple Mt 12, 43)? Et comment oublier que par trois fois le Christ appelle “prince de ce monde” le démon, son adversaire (Jn 12, 31; 14, 30; 16, 11)?

 

« Saint Paul l'appelle “le dieu de ce monde” (2 Co 4, 4), et il nous avertit que nous, chrétiens, nous avons à lutter contre les ténèbres en ayant devant nous non pas un seul démon, mais une redoutable pluralité de démons... L'un d'eux, cependant, est le principal, c'est Satan, qui veut devenir l'adversaire, l'ennemi; et avec lui il y en a beaucoup d'autres qui sont tous des créatures de Dieu, mais des créatures déchues parce que rebelles et damnées. (...)

 

« Il fut le tentateur insidieux et fatal du premier péché, le péché originel. Depuis la chute d'Adam, le démon a acquis un certain empire sur l'homme, dont seule la rédemption du Christ peut nous délivrer. Et cette histoire se poursuit toujours. Rappelons-nous les exorcismes du baptême et les fréquentes références de la Sainte Écriture et de la liturgie à l'agressive et opprimante “puissance des ténèbres” (cf. Lc 22, 53, Col 1, 13). Il est l'ennemi numéro un, le tentateur par excellence. Nous savons ainsi que cet être obscur et troublant existe vraiment et qu'il est toujours à l'oeuvre avec une ruse traîtresse. Il est l'ennemi occulte qui sème l'erreur et le malheur dans l'histoire humaine.

 

« Quelle défense, quel remède opposer à l'action du démon?... Nous pourrions dire: tout ce qui nous défend du péché nous protège par le fait même de l'ennemi invisible. La grâce est la défense décisive... Le chrétien doit être militant, vigilant et fort. Il doit parfois pratiquer une ascèse spéciale pour éloigner certaines attaques du diable. Jésus nous l'enseigne et il indique comme remède la prière et le jeûne (Mc 9, 29). Et saint Paul suggère la ligne maîtresse que nous devons suivre: “Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien.” (Rm 12, 21). »

 

Résultat de recherche d'images pour


_ La fumée de Satan

Plus tôt dans la même année, dans son homélie pour la fête des saints apôtres Pierre et Paul, le 29 juin 1972, Paul VI déclarait : « Devant la situation de l'Église d'aujourd'hui, nous avons le sentiment que par quelque fissure la fumée de Satan est entrée dans le peuple de Dieu. Nous voyons le doute, l'incertitude, la problématique, l'inquiétude, l'insatisfaction, l'affrontement. On n'a plus confiance dans l'Église. On met sa confiance dans le premier prophète profane venu qui vient à nous parler de la tribune d'un journal ou d'un mouvement social, et on court après lui pour lui demander s'il possède la formule de la vraie vie, sans penser que nous en sommes déjà en possession, que nous en sommes les maîtres...

 

On croyait qu'après le Concile le soleil aurait brillé sur l'histoire de l'Église. Mais au lieu de soleil, nous avons eu les nuages, la tempête, les ténèbres, la recherche, l'incertitude... Comment cela a-t-il pu se produire? Une puissance adverse est intervenue dont le nom est le diable, cet être mystérieux auquel saint Pierre fait allusion dans sa lettre. Combien de fois, dans l'Évangile, le Christ ne nous parle-t-il pas de cet ennemi des hommes ! Nous croyons à l'action de Satan qui s'exerce aujourd'hui dans le monde précisément pour troubler, pour étouffer les fruits du Concile oecuménique, et pour empêcher l'Église de chanter sa joie d'avoir repris pleinement conscience d'elle-même. »

 

Résultat de recherche d'images pour


_ L'habileté de Satan est de porter les hommes à nier son existence »

 « Les précédentes catéchèses sur les anges nous ont préparés à comprendre la vérité révélée par l'Écriture Sainte et que la Tradition de l'Église a transmise sur Satan, c'est-à-dire sur l'ange déchu, l'esprit malin, appelé aussi diable ou démon.

 

« Cette chute, qui présente le caractère du refus de Dieu avec l'état conséquent de damnation, consiste dans le choix libre de ces esprits créés, qui ont radicalement et irrévocablement refusé Dieu et son règne, usurpant ses droits souverains et tentant de bouleverser le plan du salut et l'organisation même de la création toute entière. Nous trouvons un reflet de cette attitude dans les paroles du tentateur à nos premiers parents: “Vous deviendrez comme Dieu” ou “comme des dieux”. Ainsi l'esprit malin tente de transférer en l'homme l'attitude de rivalité, d'insubordination et d'opposition à Dieu, qui est presque devenue le but de toute son existence. (...)

 

« L'Église, au IVè concile du Latran (1215), enseigne que le diable (ou Satan) et les autres démons “ont été créés bons par Dieu mais qu'ils sont devenus mauvais par leur propre volonté”. (...) Repoussant la vérité connue sur Dieu par un acte de sa propre volonté libre, Satan devient “menteur” cosmique et “père du mensonge” (Jn 8, 44). Pour cela, il vit dans la négation radicale et irréversible de Dieu et cherche à imposer à la création, aux autres êtres créés à l'image de Dieu, et en particulier aux hommes, son tragique “mensonge sur le Bien” qui est Dieu. (...)

 

« L'action de Satan consiste d'abord à tenter les hommes au mal, agissant sur leur imagination et sur leurs facultés supérieures pour les détourner de la loi de Dieu. Satan a mis à l'épreuve Jésus lui-même, dans la tentative extrême de s'opposer aux exigences du plan du salut tel que Dieu l'a préétabli. (...)

 

« Nous devons enfin ajouter que les paroles impressionnantes de l'apôtre Jean: “Le monde entier gît au pouvoir du mauvais” (1 Jn 5, 19), font aussi allusion à la présence de Satan dans l'histoire de l'humanité, une présence qui s'accentue à mesure que l'homme et la société s'éloignent de Dieu. L'influence de l'esprit malin peut se cacher d'une manière plus profonde et efficace: se faire ignorer correspond à son intérêt. L'habileté de Satan dans le monde est celle de porter les hommes à nier son existence au nom du rationalisme et de tout autre système de pensée qui cherche toutes les échappatoires dans le but de nier son action. (...)

 

« Par cela nous comprenons comment Jésus, dans la prière qu'il nous a enseignée, le “Notre Père”, qui est la prière du Royaume de Dieu, termine presque brusquement, à la différence de tant d'autres prières de son temps, en faisant référence à notre condition d'êtres exposés aux embûches du Mal-Malin. Le chrétien, en appelant au Père avec l'esprit de Jésus et en invoquant son règne, s'écrie avec la force de la foi: “Fais que nous ne succombions pas à la tentation, délivre-nous du Mal, du Malin. Fais Ô Seigneur, que nous ne tombions pas dans l'infidélité à laquelle nous séduit celui qui a été infidèle dès le commencement” ».// Source : versdemain.org

 

Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour


_ Pourquoi le pape a-t-il parlé de crime « satanique » ?

Dans son homélie lors d'une messe de suffrage célébrée mercredi 14 septembre 2016 pour le P. Jacques Hamel, le pape François a qualifié de « satanique » le geste des assassins. Entre protestants et catholiques, les conceptions de la figure du Diable divergent.

  

_ Pour les catholiques, le mal n'est pas une idée

P. Jean-Pascal Duloisy, exorciste des diocèses d'Île-de-France : « Je salue le courage du pape François d'avoir osé dire que tuer au nom de Dieu, c'est la marque d'un esprit perverti, c'est-à-dire d'un esprit qui a perdu le sens de la vie. Par conséquent, c'est satanique. Car toute vie humaine est un cadeau de Dieu. S'en prendre à la vie, c'est s'en prendre à Dieu, donc c'est satanique. Le pape François n'a jamais été vraiment écouté sur ces questions. On oublie que dès les premiers jours de son pontificat il a eu cette phrase : « Quand on ne confesse pas Jésus-Christ, on confesse la mondanité du diable, la mondanité du démon. » Aucun pape n'a parlé du démon comme lui.// « Satan, démon… »,… lire la suite de l'entretien/ Source : La Croix


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Le pape François promet « l'enfer » aux mafieux

Lors d'une bouleversante soirée de prière, le vendredi 21 mars 2014 à Rome, avec des familles touchées par la mafia, le pape a imploré « à genoux » les mafieux de « changer de vie » et de « se convertir ». « Convertissez-vous, il est encore temps pour ne pas finir en enfer. C'est ce qui vous attend si vous continuez sur cette voie ». Le pape François n'a pas mâché ses mots, vendredi [21 mars 2014] au soir, en improvisant quelques mots après une sobre et intense veillée de prière où les noms de plus de 700 victimes de la mafia ont été lus, les uns après les autres, dans une église romaine proche du Vatican.

 

« Je ne peux pas finir cette veillée sans dire quelque chose aux grands absents d'aujourd'hui: les protagonistes, les hommes et les femmes mafieuses. S'il vous plaît, changez de vie, convertissez-vous! Arrêtez-vous de faire le mal! », a lancé le pape. « Nous prions pour vous. Convertissez-vous. Je vous le demande à genoux. C'est pour votre bien. »

 

François a alors expliqué: « Cette vie que vous menez à présent ne vous donnera pas de plaisir, ni de joie. Elle ne vous donnera pas le bonheur. Le pouvoir et l'argent que vous avez maintenant à travers tant d'affaires sales, tant de crimes mafieux, c'est de l'argent ensanglanté, du pouvoir ensanglanté: vous ne pourrez l'emportez avec vous dans l'autre vie… »

 

Puis, toujours sur un ton très retenu mais très ferme, il a alors promis « l'enfer » à ceux qui ne changeraient pas de vie : « Convertissez vous, il est encore temps pour ne pas finir en enfer. C'est ce qui vous attend si vous continuez sur cette voie. Vous avez eu un papa et une maman. Pensez un peu à eux, réfléchissez un peu et convertissez-vous… »

Lire la suite sur Le Figaro

 

Publié le jeudi 5 avril 2018/  Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

 

https://www.pierre-et-les-loups.net/le-diable-et-l-enfer-existent-meme-au-xxie-siecle-151.html


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

 

6 – Le Nom de Jésus  est notre rempart 

 

« Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Maire, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le Nom de Jésus (c’est-à-dire : ‘Le Seigneur sauve’), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »[23] Le Nom de Jésus signifiant : Le Seigneur sauve ! On comprend donc aisément l’affirmation des Apôtres que nous avons rencontrée plus haut : « … il n’y a pas sous le ciel d’autre Nom donné aux hommes, par lequel il nous faille être sauvés »[24]


Les Apôtres, les premiers, en ont fait l’expérience et ce qu’ils nous disent n’est que le témoignage de leur propre vécu : « Après cela, le Seigneur désigna soixante-douze autres et les envoya deux par deux en avant de lui dans toute ville et tout endroit où lui-même devait aller… Les soixante-douze revinrent tout joyeux, disant : ‘Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton Nom !’ Il leur dit : ‘Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair ! Voici que je vous ai donné le pouvoir de fouler aux pieds serpents, scorpions, et toute la puissance de l’Ennemi, et rien ne pourra vous nuire. Cependant ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous de ce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »[25]


 
Et cette expérience est tellement déterminante pour eux que rien ni personne ne pourra plus les convaincre de se taire et de ne pas faire de ce Nom leur trésor : « On amena les Apôtres devant le grand conseil, et le grand prêtre les interrogea : ‘Nous vous avions formellement interdit d’enseigner le Nom de cet homme-là, et voilà que vous remplissez tout Jérusalem de votre enseignement. Voulez-vous donc faire retomber sur nous le sang de cet homme ?’


Pierre, avec les Apôtres, répondit alors : ‘Il nous faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous aviez exécuté en le pendant au bois du supplice. C’est lui que Dieu, par sa puissance a élevé en faisant de lui le Chef, le Sauveur, pour apporter à Israël la conversion et le pardon des péchés. Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.’ En entendant les Apôtres parler ainsi, les membres du grand conseil, exaspérés, projetaient de les faire mourir.

 

Mais un membre du grand conseil se leva ; c’était un pharisien nommé Gamaliel, docteur de la Loi honoré de tout le peuple. Il ordonna de faire sortir les Apôtres un instant, puis il dit : ‘Hommes d’Israël, faites bien attention à la décision que vous allez prendre envers ces hommes. Il y a quelque temps, on a vu surgir Theudas ; il prétendait être quelqu’un, et quatre cents hommes environ s’étaient ralliés à lui ; il a été tué, et tous ses partisans ont été mis en déroute et réduits à rien. Après lui, à l’époque du recensement, on a vu surgir Judas le Galiléen qui a entraîné derrière lui une foule de gens. Il a péri lui aussi, et tous ses partisans on été dispersés.

 

Eh bien, dans la circonstance présente, je vous le dis : ne vous occupez plus de ces gens-là, laissez-les. Car, si leur intention ou leur action vient des hommes, elle tombera. Mais, si elle vient de Dieu vous ne pourrez pas les faire tomber. Ne risquez donc pas de vous trouver en guerre contre Dieu.’ Le conseil se laissa convaincre. On convoqua alors les Apôtres, et, après les avoir fouettés, on leur interdit de parler au Nom de Jésus, puis on les relâcha. Mais eux, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le Nom de Jésus. Tous les jours, au Temple et dans leurs maisons, sans cesse, ils enseignaient cette Bonne Nouvelle : Jésus est le Messie. »[26]

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Le combat contre les forces du mal et des ténèbres est la  mission de l’Eglise 

 « … ‘Toute  entière, l’histoire humaine est en fait traversée par une lutte terrible contre les puissances des ténèbres ; lutte commencée depuis l’origine du monde qui durera, comme le dit le Seigneur jusqu’au dernier jour. Engagé dans cette bataille, l’homme devra combattre sans cesse pour pouvoir rester uni au bien, et il ne peut obtenir son unité intérieure qu’au prix de grands efforts, avec l’aide de Dieu’ Concile Œcuménique Vatican II, Constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde contemporain, Gadium et Spes, n. 37, 2 – Catéchisme de l’Eglise Catholique n. 409.

 

L’Eglise est sûre de la victoire finale du Christ et pour cela ne se laisse pas entraîner par la peur ou le pessimisme, mais en même temps elle est consciente de l’action du malin qui cherche à nous décourager et à semer la confusion. ‘Ayez confiance –dit le Seigneur- J’ai vaincu le monde’ Jn 16, 33. Dans ce cadre les exorcismes trouvent leur place comme une expression importante, mais pas l’unique, de la lutte contre le malin. »[27]

 

« Jésus-Christ est venu pour annoncer et inaugurer le règne de Dieu dans le monde et au milieu des hommes. Les hommes ont une capacité d’accueillir Dieu dans leur cœur. (Rom 5, 5) Cette capacité d’accueillir Dieu est pourtant offusquée par le péché et ainsi, le mal occupe la place où Dieu voulait vivre. Pour cela, Jésus-Christ est venu pour libérer l’homme  de la domination du mal et du péché et aussi de toutes les formes de dominations du malin, c’est-à-dire, du diable et de ses esprits malins appelés démons, qui veulent dévier le sens de la vie de l’homme.

 

C’est pour cette raison que Jésus-Christ a chassé les démons et libéré les hommes de la possession des esprits malins, pour se faire un espace en l’homme, de façon que ce dernier acquière la liberté pour Dieu qui veut donner son Esprit Saint  à l’homme qui est appelé à devenir son temple (I Cor 6, 19 ; IP 2, 5), pour diriger ses pensées (Rom 8, 1-17 ; I Cor 12, 1-11 ; Gal 5, 16-26) vers la paix et le salut. L’Eglise est appelée à suivre Jésus-Christ et elle a reçu le pouvoir, de la part du Christ de continuer, en son Nom, sa mission. Alors, l’action du Christ pour libérer l’homme du mal s’exerce à travers le ministère de l’Eglise et de ses ministres ordonnés, députés par l’Evêque pour accomplir les rites sacrés indiqués pour libérer les hommes de la possession du malin.


Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour


L’exorcisme est une forme antique et particulière de la prière que l’Eglise adopta contre le pouvoir du diable. Voici comment, dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique on explique ce qu’est l’exorcisme et comment il s’exerce : « Quand l’Eglise demande publiquement et avec autorité, au Nom de Jésus-Christ, qu’une personne ou un objet soit protégé(e) contre l’influence du Malin et soustrait(e) à sa domination, on parle d’exorcisme. Jésus l’a pratiqué (Mc 1, 25) ; c’est de lui que dérive pour l’Eglise le pouvoir  et le devoir d’exorciser (cf. Mc 3, 15 ; 6, 7.13 ; 16, 17)…

 

L’exorcisme  vise à chasser les démons ou à libérer de l’influence démoniaque, et cela par la médiation de l’autorité spirituelle que Jésus a conférée à son Eglise. Très divers sont les cas de maladies, surtout psychiques, dont le soin rentre dans le champ de la science médicale. C’est important de s’assurer, avant de célébrer l’exorcisme, qu’il s’agit  d’une présence du Malin et non d’une maladie (cf. Code de droit canonique, can. 1172) » – Catéchisme de l’Eglise Catholique n. 1673

 

La Sainte Ecriture nous enseigne que les esprits malins, ennemis de Dieu et de l’homme, exercent leur action dans des modes divers. Parmi ceux-ci est signalée l’obsession diabolique appelée aussi possession diabolique. Mais l’obsession diabolique n’est pas le mode le plus fréquent dans lequel l’esprit des ténèbres exerce son influence. La possession a la caractéristique d’être spectaculaire et en elle le démon s’impose dans un certain mode de force à travers l’activité physique de la personne qui subit la possession. Il ne peut pas s’imposer à la libre volonté du sujet, et pour cela le démon ne peut pas obtenir de la personne possédée un consentement de la libre volonté au point de lui faire pécher. Ceci, nonobstant la violence physique que le diable exerce sur l’obsédé, est une incitation au péché et c’est ce qu’il veut de lui… »[28]

 

Au Nom de Jésus Christ/ agbang.org

 

http://agbang.org/aunomdej%C3%A9suschrist.html


Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Image associée

 

7 - Nigéria : l’effroyable confession d’un islamiste du Boko Haram converti au christianisme

 

Cette confession de Nazir Isiaku, 27 ans, qui fut un militant féroce du sanguinaire mouvement islamiste du Boko Haram, est un exemple particulièrement saisissant des ravages sur les âmes d’une idéologie inhumaine, mais aussi du travail de la grâce car Nazir Isiaku, comme le bon larron de l’Évangile, passa un jour des ténèbres à la lumière en devenant chrétien… Un document long, documenté mais de grand intérêt à lire et à méditer…


Résultat de recherche d'images pour

 

_ « Nos maîtres nous enseignaient que plus nous tuions des Chrétiens, plus nous avions des chances d’entrer au paradis d’Allah » (Alijonan).

J’ai rejoint le Bafarawa Islamic Center en 2010, où nous suivions des cours de langue arabe. Chaque année, une vingtaine de nos membres séjournaient en Iran où se trouve notre quartier général pour y suivre un entraînement spécial. Notre groupe s’appelait – et s’appelle toujours – Shiitte, mais nous partagions avec Boko Haram son « programme d’épuration ethnique ». Vous n’avez entendu parler que de Boko Haram, dont le nom signifie : « l’éducation occidentale est un péché », mais il existe d’autres groupes islamistes criminels, qui font partie de la secte de Boko Haram et j’en connais au moins six.

 

Dès que nous apprenions que l’un de ces groupes allaient attaquer les chrétiens, nous les rejoignions. Mon propre groupe existait bien avant ma naissance. Il imposait sa loi dans le Nord, sous le régime militaire d’Abacha et aujourd’hui encore, il dirige de nombreuses filiales dans cette région. Nous sommes présents dans la majorité des états du Nord, notamment à Kastina, Kaduna, Zamfara, Kano, Bauchi, Borno, Gombe, Zaria. Parfois, quand nous décidions d’attaquer les chrétiens et semer la terreur chez eux, nous louions un bus privé, pour transporter nos propres armes, que nous utilisions contre les infidèles.

 

Nous rejoignions les membres de la secte Boko Haram, à chaque fois qu’ils décidaient de massacrer des chrétiens ou des soldats, car nous savions que ces derniers tuaient nos frères de Boko Haram à Maiduguri, Yobe et Potiskum.J’étais l’un des hommes de confiance du groupe, car obéissant et loyal. Je disposais de mon propre bureau secret, où je recevais les délégués de nos sponsors, quand notre leader était absent et je pourvoyais aux besoins de chacun de nos membres.


Image associée


C’est la raison pour laquelle je n’ai pas pu participer à toutes les attaques contre les chrétiens et les militaires. Nos leaders nous préparaient psychologiquement en nous faisant subir des lavages de cerveau, afin de nous mettre en condition pour combattre les chrétiens, car ils étaient les ennemis d’Allah. Plus nous tuions de Chrétiens, plus nos chances d’entrer dans le paradis d’Allah étaient grandes. La plupart de nos entraînements avaient lieu la nuit vers 22 h et se déroulaient dans le bosquet entourant l’école islamique.


Certaines formes d’entraînement étaient plutôt inhabituelles. Nous buvions une eau spéciale, que d’aucuns qualifieraient « d’eau spirituelle », car il ne s’agissait pas d’une eau ordinaire. Nous recevions aussi d’étranges visiteurs, qui ne ressemblaient en rien à des êtres humains. Ils se manifestaient de façon bizarre. Nos chefs nous demandaient de réciter certains passages du coran pour faire apparaître ces visiteurs. Aujourd’hui, je réalise que ces pratiques étaient diaboliques. Ils pouvaient se manifester à trois ou à quatre. Ils ressemblaient à des humains, mais ne l’étaient pas. Ils nous fortifiaient avec des charmes et nous préparaient pour accomplir notre tâche. Ils nous demandaient d’être forts et de combattre.

 

Nos chefs nous apportaient également beaucoup d’aide matérielle et financière pour soutenir notre cause. Ils transportaient de grandes quantités d’argent dans un pick-up et nous demandaient d’acheter des armes. Beaucoup de nos fournisseurs venaient des quartiers généraux de la région. Il y avait aussi un homme, assez populaire, de la ville de Bayelsa, qui, bien que chrétien, soutenait notre cause financièrement. Je ne me souviens pas de son nom. Cet homme nous donnait de l’argent et des armes pour nous aider à accomplir notre mission. J’étais le second en chef et chaque fois que notre président se rendait en Iran, je devenais le coordinateur du groupe et je recevais les sponsors à sa place. C’est ainsi que je savais tout ce qui se passait.

 

Nous avions d’abord projeté de tuer tous les chrétiens de Kaduna, avant de nous occuper des autres dans le Nord. Avant chaque opération, nous buvions « l’eau spirituelle », nous devenions alors impatients de commettre le Mal. Cette « eau spirituelle » nous rendait très dangereux et si nous nous ennuyions, nous pouvions facilement tuer. L’eau nous fortifiait aussi contre les balles de révolver ou de fusil. Quand nous buvions de cette eau, les balles ne pouvaient pas nous atteindre. Nos chefs disposaient de bagues au pouvoir mystérieux. Huit d’entre nous furent sélectionnés et reçurent ces bagues. Elles nous procuraient tout ce que nous lui demandions.

 

Je ne me souviens pas combien de gens j’ai tué. Nous prenions nos armes pour tirer dans les jambes des gens. Quand nous demandions à une victime : « Acceptez-vous de devenir un musulman » et qu’elle répondait : « Non », nous l’égorgions comme une chèvre. Et après avoir tué l’infidèle, nous recueillions son sang dans une petite coupe et le buvions. Ainsi, le fantôme de la personne égorgée ne pouvait pas venir hanter nos rêves. C’est ce qu’affirmait notre chef. Et, en effet, quand nous avions goûté au sang de la victime, nous ne la voyions pas dans nos rêves. Parfois, quand nous n’avions pas envie de boire le sang, nous trempions les doigts dans la coupe et les portions à la bouche et cela suffisait pour empêcher le fantôme de venir hanter nos rêves.


 Image associée


Nous assassinions les chrétiens, car nous pensions ainsi pouvoir entrer au paradis d’Allah après la mort. Nos chefs nous lisaient un passage du coran qui semblait justifier nos actions criminelles : « Ô vous les croyants, ne prenez pas pour amis vos ennemis. » Les « croyants » nous désignaient, nous les musulmans et les « ennemis » étaient les chrétiens. Nous avons de nombreux chefs et sponsors. Ces derniers sont de riches Nigérians, ils travaillent au gouvernement et certains furent des leaders nigérians. Si je vous citais leurs noms, vous penseriez que je mens. Il y a des gouverneurs, des sénateurs qui nous soutiennent vivement. Certains font partie de notre groupe. Nous les invitons souvent lors de la remise des diplômes aux étudiants.

 

Certains jour, nous nous rendions dans la ville pour prêcher et attirer de nouveaux membres. Nous portions alors une casquette rouge, un T-shirt blanc et des pantalons. Quand nous portions une casquette noire, cela signifiait que nous n’allions pas combattre. Notre mouvement avait infiltré les forces nigérianes. Nous avons des membres dans la police et dans l’armée. Ces frères nous aidaient énormément quand nous décidions de combattre les chrétiens.


Résultat de recherche d'images pour


_ Combattre les chrétiens

 Mais nous sommes très secrets. Mon frère de sang, qui n’était pas un membre de la secte, ne savait pas que moi, je l’étais. Je ne parlais pas de mon engagement dans la secte à mes proches, car ils ne partageaient pas nos idées sur les chrétiens. Mon père m’aimait beaucoup, car il ne se doutait de rien.

 Quand nous fréquentions l’école de Chachangi, une petite école de mon quartier, les instructeurs islamiques nous tambourinaient dans les oreilles que nous devions « serrer nos ceintures » pour combattre les chrétiens. Ils nous donnaient comme instructions d’être toujours armés, soit avec un couteau, soit avec une arme. Ils nous conseillaient aussi d’avoir un permis de port d’arme.

 

Mon territoire à Kaduna était Torumada. C’est un paradis pour de nombreux terroristes islamiques au Nigéria.

Avant que je ne rejoigne l’école shiite, je pris part à de nombreuses attaques contre les chrétiens, au cours desquelles, nous massacrions beaucoup de personnes. Les chrétiens à Sokoto sont plus vulnérables aux attaques de nos gens, car ils sont à notre portée, mais ils ont également de la chance, (façon de parler) car un important religieux islamique plaide souvent en leur faveur. Nous connaissons de nombreux endroits à Sokoto où vivent des chrétiens, mais par respect envers notre imam, nous les laissons en vie.

 

Les hommes de Boko Haram suivent des entraînements en Afghanistan. Je ne sais pas si vous avez entendu parler des Taliban, ces religieux qui sacrifient leur vie lors d’attentats suicide, eh bien, ce sont eux qui entraînent les membres de Boko Haram. Une soixantaine d’hommes partent régulièrement en Afghanistan, où ils apprennent comment faire des attentats suicide, fabriquer leurs propres bombes, se battre etc. Ils leurs procurent également des armes sophistiquées.

 

Depuis que j’ai donné ma vie au Christ, j’ai été menacé de nombreuses fois par la secte. Un jeudi soir à Sokoto, je devais me rendre à une veillée avec mon ami Mathieu, mon colocataire. Mais comme j’étais fatigué, je décidai de rester à la maison. Au cours de la nuit, j’entendis frapper à la porte. La voix qui m’appela à sortir ressemblait à cette de Mathieu. Elle me demanda d’ouvrir la porte. L’homme parlait en haoussa et insista pour que j’ouvre la porte, mais quelque chose m’en empêcha. Mon cœur battait très fort et je réalisais soudain qu’il pouvait s’agir d’un imposteur, venu m’attaquer, mais je ne pouvais pas prier, juste marmonner « par le feu de l’Esprit saint ». Je répétais ces mots plusieurs fois, jusqu’à ce que l’étranger disparaisse. Et puis, j’entendis l’aboiement d’un chien quelque part dans la nuit.

 

Et quand mon ami Mathieu revint de l’église et demanda que je lui ouvre la porte, je devins hystérique contre lui, car je me méfiais de tout le monde. Je lui demandai de s’expliquer au sujet de sa précédente visite, mais il répondit que ce n’était pas lui. Je ne le crus pas. C’est seulement quand un autre frère me confirma que Mathieu avait passé une grande partie de la nuit à l’église, que je décidai de me calmer. J’aurais pu tuer Mathieu.


Résultat de recherche d'images pour


Avant cette tentative d’agression, je ne sortais quasiment jamais. Je ne pouvais de toutes façons pas le faire, car j’étais recherché par les membres de la secte. Après cet incident, le pasteur décida de m’emmener dans son village.

 

Dieu seul peut arrêter la guerre que Boko Haram et tous les autres groupes islamistes terroristes a initié contre les chrétiens. Je remercie Dieu d’être devenu chrétien, de ne plus faire partie de cette secte criminelle. Je conseille sincèrement aux chrétiens de commencer à se préparer pour la guerre, de s’armer et de « serrer leurs ceinture ». Les sectes islamistes terroristes sont prêtes à faire la guerre. Pour moi, tous les chrétiens du Nigéria vont mourir, d’ailleurs, je les vois déjà tous morts, vu le niveau de préparation des sectes et leur détermination à aller jusqu’au bout, à savoir l’extermination de tous les chrétiens du Nigéria.

 

Ce fut le 6 mars que je fis une rencontre qui allait transformer ma vie. Nous sortions pour nos prêches les vendredis et les samedis. Je venais de rentrer et je m’apprêtais à faire mes ablutions pour les prières du soir, quand l’incroyable se produisit. Je vis devant moi un homme revêtu d’un habit blanc resplendissant. Je pris peur, le petit récipient d’eau tomba sur le sol et je courus hors du bureau. Mes camarades me demandèrent ce qui se passait. Je leur décrivis ce que je vis, mais Ils me répondirent qu’ils n’avaient aperçu aucun étranger. Je retournai alors à l’endroit où il était apparu, mais l’homme en blanc n’était plus là.

 

Cette nuit-là, quand je m’endormis, l’homme étrange, vêtu de blanc me rendit à nouveau visite. Il tenait un bâton. Effrayé, je me mis à crier. Mes amis accoururent auprès de moi et je leur racontai mon cauchemar. Le chef me dit que cet homme en blanc devait être le diable et il m’emmena voir un puissant Mallam, (un érudit coranique), à Gombe, qui fit quelques prières pour chasser le diabolique étranger vêtu de blanc. Après les prières, le Mallam m’assura que plus rien ne pouvait m’arriver et que je pouvais rentrer à la base. Mais la nuit suivante, le même homme en blanc m’apparut à nouveau et me dit : « Dieu t’a choisi ». Il le répéta trois fois. À nouveau, je me réveillai en sursaut et mes cris alarmèrent mes amis. Mais cette fois-ci, je leur mentis en leur disant que ce n’était rien.

 

Le lendemain matin, je me rendis chez un ami coiffeur. Après qu’il eut terminé de me couper les cheveux, je lui fis part de ma rencontre avec cet étrange homme en blanc. Le coiffeur m’avoua qu’il était chrétien et me dit alors que cet homme en blanc devait être Jésus et qu’Il m’appelait à Lui. Je lui répondis : « Mais pourquoi moi ? » Il me demanda alors si j’étais prêt à donner ma vie au Christ et à servir Dieu et je répondis immédiatement oui. Je fus moi-même surpris de ma réponse.


Résultat de recherche d'images pour


Depuis ma conversion, je suis devenu un autre homme. J’ai l’impression d’avoir pris un bain qui m’a purifié de toutes mes impuretés. Avant cette expérience, je marchais dans les rues comme un homme frappé de folie. Depuis, j’ai trouvé la paix intérieure. Je ne me drogue plus et je me sens bien. Il n’est pas facile de quitter la secte, car nous subissions des initiations diaboliques terribles qui nous endurcissaient. Ce n’est qu’après avoir été touchés par la grâce de Dieu, que nous pouvons nous détacher de ce groupe satanique.

 

Lorsque je faisais encore partie du groupe, un membre très important de Boko Haram, un certain Shuaib quitta la secte. J’étais parmi ceux qui jurèrent personnellement de l’écorcher vif si nous devions un jour le rencontrer. J’aimerais dire à mes anciens compagnons de changer leur cœur. J’ai réalisé qu’en tuant les chrétiens je n’irai pas au paradis, mais en enfer. Et je suis prêt à vivre une vie de chrétien, à mener une vie au service du Bien. »

 

Source : Dreuz.info (21 août 2013)

 

https://www.christianophobie.fr/document/nigeria-leffroyable-confession-dun-islamiste-du-boko-haram-converti-au-christianisme


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Image associée


Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ TERRORISME/ VIOLENCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : qui est responsable des violences meurtrières et destructrices en Afrique ?

» EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : le pape François en Irlande à l’occasion de la rencontre mondiale des familles

» EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : le pape François rencontre les fidèles catholiques du Pérou et du Chili (contre l’expropriation des terres des peuples autochtones par des milieux corrompus, ici et ailleurs)

» RELIGIONS/ VIOLENCES RELIGIEUSES ET POLITIQUES/ CRIMES RITUELS : l’esprit saint et l’aspiration à la sainteté donnent le vrai pouvoir (Dieu ignore les criminels, les assassins)

» EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : voyage pastoral du pape François au Myanmar et au Bangladesh (sur fond de racisme et d’exclusion)

» EGLISE CATHOLIQUE/ JESUS CHRIST : qui est Jésus Christ ? (dieu, homme, populaire et méconnu)

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Colombie

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGIONS CHRETIENNES : sectes chrétiennes et islamiques, argent et perversions religieuses, terrorisme et pouvoir du mal (entre le bien et le mal...)

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : visite du pape François dans le Caucase

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ JMJ Cracovie 2016 : les messages des jeunes au pape François

» AMERIQUE LATINE/ RELIGION CHRETIENNE/ PAPE FRANCOIS : les chefs de file des deux Églises, le pape François et le Patriarche Kirill, se sont rencontrés pour la première fois à Cuba

» MONDE/ RELIGION CATHOLIQUE : Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : Le pape François ouvre la porte sainte et lance le Jubilé de la miséricorde

» AFRIQUE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : Voyage pastoral du pape François en Afrique sur fond de montée en puissance des violences et du terrorisme islamique

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ VOYAGE PASTORAL : le pape François en Amérique (Cuba, Etats-Unis d’Amérique)

» MONDE/ VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Amérique latine pour revisiter le passé et dénoncer les pauvretés et les violences

» MONDE/ BOSNIE-HERZEGOVINE/ RELIGION CATHOLIQUE : Le Pape François à Sarajevo, une visite pastorale et historique

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ CRIMINALITE ET GRAND BANDITISME : Au-delà de l’horreur

» VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE/ SYNODE SUR LA FAMILLE : vers quelles réformes ?

» VATICAN/ CANONISATION : de nouveaux saints de l’église catholique consacrés par le Pape François

» Viandes interdites dans les religions indiennes

» JESUS CHRIST/ SERMON SUR LA MONTAGNE/ PAROLES DE VIE : Jésus Christ 2014 ans après…

» RELIGION CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : renouveau et revitalisation de l'Eglise catholique

» RELIGION CATHOLIQUE/ RENOUVEAU CHARISMATIQUE : quelles attentes ?


Haut de page